Vodacom examine les tendances du secteur de l’argent mobile en Afrique

0
896
M. Albert Cesari, représentant la Banque de Tanzanie (deuxième à partir de la gauche), M. Hisham Hendi, Directeur Général de Vodacom Tanzania PLC (à l’extrême droite), Mme Judith Obholzer, Directrice Générale, division juridique et réglementaire du groupe Vodacom (à l’extrême gauche) et Mme Rosalynn Mworia, Directrice des Affaires commerciales, Vodacom Tanzanie (deuxième à partir de la gauche) à l’occasion de la publication du rapport de Vodacom intitulé « Future-Proofing Mobile Financial Services » à Dar es Salaam.

(CIO Mag) – S’inscrivant en complément aux services bancaires traditionnels, l’argent mobile continue de stimuler la croissance économique et de générer des bénéfices sociaux en Afrique Et cela, en offrant l’accès aux services financiers aux millions de personnes qui possèdent un téléphone portable mais qui n’ont aucun accès, ou disposent d’un accès limité, à un compte bancaire. Les évolutions de ce service sont si cruciales dans les politiques africaines d’autonomisation des personnes grâce à l’inclusion financière qu’elles nécessitent une connaissance approfondie des tendances qui façonnent ce secteur. Plusieurs études sont diligentées à cet effet. La dernière en date, intitulée « Future-Proofing Mobile Financial Services » (Pérennisation des Services Financiers Mobiles) a été publiée par Vodacom le 22 novembre 2019, en Tanzanie, à l’occasion d’un atelier organisé par l’opérateur télécoms, réunissant de hauts représentants d’opérateurs de réseaux mobiles d’au moins huit pays, et de divers secteurs (télécommunications, services financiers et bancaires, société civile, réglementation), a constaté sur place l’agence APO.

« Je me félicite de ce rapport, qui met en avant les contributions à la fois ambitieuses, cruciales et constructives d’éminents experts sur ces trois thèmes centraux », a déclaré Hisham Hendi, Directeur Général de Vodacom Tanzanie.

L’Afrique subsaharienne comprend les dix économies du monde où les adultes disposant d’un compte d’argent mobile sont plus nombreux que ceux ayant un compte dans un établissement bancaire. L’un des principaux éléments à cette tendance tient à la capacité des opérateurs télécoms d’utiliser leurs vastes réseaux de distribution pour mettre à disposition des clients des agents d’argent mobile faciles d’accès qui exécutent leurs encaissements et décaissements.

« Notre but est d’offrir aux spécialistes une plateforme où s’exprimer sur les tendances et évolutions qui façonnent un secteur qui se développe à un rythme soutenu, et dans lequel les décideurs politiques et les régulateurs jouent un rôle central dans la création et la promotion d’un environnement favorable à l’inclusion financière », a déclaré Mme Obholzer Directrice Générale, division juridique et réglementaire du groupe Vodacom.

L’interopérabilité des systèmes de paiement, l’intégration régionale et les opportunités transfrontalières, la résolution du problème de l’identité juridique, le partage des bonnes pratiques, les opportunités du cloud et l’identification des conditions appropriées. Tels sont les sujets qui ont été abordés au cours de cette rencontre au sommet sur les futures plateformes d’argent mobile en Afrique, marquée par le lancement du nouveau rapport de Vodacom sur l’argent mobile, le premier d’une série d’études réalisées par l’opérateur télécoms sur les politiques publiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here