Congo : lancement à Brazzaville du Salon International des Technologies de l’Information et de l’Innovation (OSIANE) 

(Article mis à jour le 17 mai 2022)

Du 26 au 29 avril, Brazzaville a été la capitale du numérique en Afrique, avec la tenue de la Sixième édition du Salon international des technologies de l’information et de l’innovation (Osiane). Il a réuni des décideurs, des dirigeants, des chefs d’entreprises, des entrepreneurs, des porteurs de projets, des acteurs du secteur public et privé, des banquiers, des universitaires, des champions des solutions numériques et des membres des gouvernements. Au cours de ce rendez-vous digital et présentiel, les réflexions et les échanges ont porté sur les défis et les opportunités de la révolution numérique, ainsi que sur la transformation digitale en Afrique.   

(Cio Mag) – Placée sous le thème : « Engageons-nous pour les transformations durables », cette édition était riche en évènements. Elle a débuté par une session inaugurale, au cours de laquelle les autorités congolaises sont revenues sur leurs engagements dans la transformation durable, pour favoriser une économie forte, diversifiée et résiliente. Parmi ses engagements, figure la modernisation des structures étatiques et du cadre juridique, avec, à la clé, la mise en place du Centre africain de recherche en intelligence artificielle (CARIA). « Ce centre est un véritable catalyseur de croissance dans l’atteinte des Objectifs pour le développement durable ; il est ouvert à la jeunesse africaine et aux chercheurs, pour mener et diffuser des travaux de recherche (…) Sous le feu de la dynamique du secteur du numérique, le gouvernement congolais a conçu un arsenal juridique pour mieux l’encadrer, afin d’inciter les jeunes et les entrepreneurs à s’y insérer », a assuré Léon Juste Ibombo, ministre congolais des Postes, des Télécommunications et de l’Économie numérique    

Partage d’expériences  

Le salon Osiane a aussi fourni un cadre d’échanges et de réseautage. Il a permis aux participants d’assister à des conférences, des tables rondes, des formations, des expositions et des panels de haut niveau. Cela a été le cas, par exemple, de la conférence qui a permis aux ministres de l’Économie numérique du Gabon, du Burundi, de la République démocratique du Congo et du Congo, ainsi qu’aux cadres d’institutions internationales, de présenter les politiques et les programmes mis en place par leurs gouvernements et leurs structures, dans le cadre de la transformation numérique. A titre illustratif, Léocadie Ndacayisaba, ministre de la Communication des technologies de l’information du Burundi, a présenté les actions menées par son pays dans la réduction de la fracture numérique, entre les populations vivant dans des zones enclavées et celles vivant dans des zones urbaines. Il s’agit de la mise en place d’un projet de connectivité adopté au sein du parlement burundais, ainsi que de plateformes pour la communication et l’introduction des cours sur les TIC, dans les écoles primaires.   

Dans le même ordre d’idée, la conférence intitulée « L’Afrique innovatrice et résiliente pour une transformation durable de l’écosystème » a fait une projection sur l’avenir du continent, en s’appuyant sur la technologie. Elle a été modérée par Mohamadou Diallo, Directeur général de CIO Mag. Les conférenciers, constitués des décideurs du secteur, ont encouragé « les jeunes et les dirigeants africains à prendre conscience des énormes opportunités dont regorge le secteur du numérique en Afrique. » « Le continent a une population jeune, en plus d’être « leader des FinTech au monde », a rappelé Djibo Diarra, Directeur stratégie de la FinTech Ecobank.   

Le développement durable de l’Afrique centrale a aussi été au menu de ces assises. Lors de la conférence sous le thème : « Numérisation et intégration sous-régionale de la poste, comme vecteur de développement économique et durable de l’Afrique centrale », les acteurs du secteur postal de la sous-région ont relevé la nécessité de la création d’une plateforme de mutualisation des efforts, afin de faciliter la création collective des services innovants d’intérêt public, en Afrique centrale.   

Mise en lumière des entrepreneurs  

Cette sixième édition a constitué un espace de soutien pour les entrepreneurs d’Afrique. Ces derniers ont été mis en avant par le « Village start-up Osiane », un cadre d’exposition visant à offrir aux entreprises, aux jeunes porteurs de projets et aux investisseurs, un espace de réseautage, d’expression et d’échange, afin de saisir l’opportunité de participer à l’événement mondial Vivatech, à Paris, en France. « La particularité de ce village, c’est de permettre aux jeunes de pouvoir décrocher leurs premiers marchés. L’autre particularité est le challenge, qui leur permettra de mettre en lumière le talent congolais et qui va aussi s’exporter à Paris, en juin. Le but est de créer des plateformes, qui vont permettre à toutes les structures de travailler ensemble, afin de rentrer dans un monde purement économique et d’être productif », a expliqué Luc Missidimbazi, Président de Pratic et Promoteur du Salon Osiane.  

Parmi les start-up présentes à ces assises, figuraient notamment celles œuvrant dans le digital, l’artisanat et les médias. Ainsi, durant 4 jours, 40 jeunes ont présenté leurs technologies à travers des pitchs de quelques minutes, devant le public. A l’issue de ces assises, seuls 4 start-up ont été primées. Il s’agit de « Home Tech », « Green Tech Africa », « Tinda » et « Noki Noki », qui ont proposé des solutions sortant de l’ordinaire. « Nous avons mis en place un projet de couveuse, conçue à base des produits recyclés, pour faciliter la tâche aux agriculteurs et aux éleveurs qui vivent dans les zones enclavées du pays. Nous sommes donc fiers d’être ambassadeur d’Osiane », s’est réjoui Eloriam Mikomo, co-fondateur de « Home Tech ».   

Depuis 2017, l’association Pratic organise le Salon international des technologies de l’information et de l’innovation (Osiane). Cette sixième édition a été clôturée par une note de satisfaction, en raison de la diversité des thématiques abordées et de la hausse des visites, évaluées à près de 12 000, sur les 4 salons. Désormais, le curseur des organisateurs est placé sur la septième édition, prévue à Brazzaville, en avril 2023, autour du thème « Innovons pour progresser ». 

Enock Bulonza

Journaliste correspondant de Cio Mag en RDC.

View All Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.