Au Bénin, KKiaPay se positionne comme le premier agrégateur de paiement

0
5370
Shadaï Ali, CTO Open SI.

Alors qu’elle s’emploie à accompagner les organisations et entreprises dans leur transformation digitale, Open SI a créé, en voulant résoudre un problème interne, KKiaPay, un agrégateur de paiement permettant d’accepter des paiements en ligne. Si l’entreprise créée en 2016 vient donner un coup-de-pouce au e-commerce et aux transactions électroniques au Bénin, son directeur technique Shadaï Ali explique tout le processus d’utilisation de KKiaPay.

CIO MAG : Qu’est-ce que KKiaPay ?
Shadaï Ali : KKiaPay est une solution qui a pour but de fédérer les différents moyens de paiement mobile existants au Bénin. Autrement dit, c’est une solution technique qui permet à tout marchand, toute entreprise qui possède ou veut démarrer une activité en ligne, de pouvoir intégrer dans son activité, la possibilité de se faire payer par ses clients. Que ceux-ci utilisent le Mobile Money MTN ou Moov money (Flooz) ou carte bancaire, ils peuvent acheter sur la plateforme marchande avec ces différents moyens de paiement.

A qui s’adresse KKiaPay et en quoi la plateforme est-elle innovante ?
La plateforme KKiaPay cible les institutions financières (microfinance, assurance), les fournisseurs de services en ligne (plateformes d’e-commerce), les petites et moyennes entreprises et toutes sociétés de petite ou grande taille qui mènent une activité commerciale.

Au Bénin, nous sommes les seuls à intégrer tous les moyens de paiement Mobile Money (MTN, Moov Flooz), de même que les cartes bancaires même internationales (VISA, MasterCard, American Express…). KKiaPay met plus l’accent sur l’expérience du client. Notre force est de présenter une solution très fluide d’utilisation pour les clients mais aussi un processus très facile pour le marchand. Aujourd’hui, sur KKiaPay, au bout de quelques heures, le marchand a déjà intégré ses différents moyens de paiement sur sa plateforme. Notre force réside sur cette expérience que nous offrons à la fois au marchand et à son client.

Comment peut-on s’enregistrer sur KKiaPay ?
Rien de plus simple, il suffit juste de se rendre sur le site web de KKiaPay et le marchand peut s’inscrire en renseignant ses informations personnelles (nom et prénoms) et les informations de son entreprise. A partir de ce moment, il a déjà un compte KKiaPay et peut déjà intégrer sa solution. Seulement, nous l’invitons à nous fournir les pièces justificatives de son activité, à savoir : son RIB (relevé d’identité bancaire), son RCCM (registre de commerce et de crédit mobilier) et sa carte d’identité pour faire la conformité afin qu’il puisse recevoir l’argent qu’il perçoit via KKiaPay. Ces pièces justificatives sont soumises à distance sur son tableau de bord KKiapay.

Comment assurez-vous la sécurité des données personnelles et des transactions ?
En ce qui concerne la confidentialité des données personnelles, les informations que nous collectons sur KKiaPay se résument essentiellement au nom et prénoms du client, son numéro de téléphone ou le moyen qu’il a utilisé pour faire le paiement. Ce ne sont pas forcément des informations confidentielles et l’utilisateur les renseigne de son plein gré. Cela est non seulement requis pour la transaction mais aussi permet de garder la trace comme le demande la réglementation financière. Notre système est aujourd’hui soumis à l’Agence Nationale de Protection des données personnelles.

La sécurité des transactions est un point sur lequel nous avons longuement travaillé. Le premier point de sécurité sur lequel nous avons travaillé, c’est l’accès des clients. Pour pouvoir effectuer une opération Mobile Money par exemple, il y a non seulement un numéro de téléphone à renseigner mais également un code PIN Mobile Money. Sur la plateforme KKiaPay, à aucun moment, on ne demande au client son code. Cette information n’est jamais envoyée à KKiaPay, ni au marchand chez qui le client est en train d’acheter. Elle reste entre le client et son opérateur Gsm ; ce qui permet d’éviter le vol de code PIN qui sécurise le portefeuille électronique du client.

C’est pareil pour les informations concernant les cartes bancaires. Elles sont directement échangées de façon encryptée entre le périphérique que l’abonné utilise pour faire son paiement et le réseau VISA ou MasterCard. Ce qui fait que ces informations ne passent ni par les serveurs de KKiaPay, ni par l’infrastructure du marchand. Il y a donc très peu de risque que cette information soit interceptée ou volée. En plus, nous nous sommes conformés aux standards du domaine technique dont les normes OWASP. Elles sont des règles définies par les standards des métiers du web et de la sécurité pour dire comment sécuriser des transactions sur internet. De la même manière, nous avons déjà commencé le processus de conformité PCI DSS de niveau 1 qui est le niveau le plus élevé en termes de sécurisation des données financières.

Quels sont les tarifs que vous appliquez ?
Nous adoptons un modèle économique très abordable. Pour démarrer son activité sur notre plateforme, nous ne faisons pas payer un marchand. La création d’un compte KKiaPay est totalement gratuite, de même que l’intégration de KKiaPay dans son application. Toutefois, nous percevons une part sur les transactions qui passent sur KKiaPay. Quand le marchand reçoit un paiement via Mobile Money, nous prenons 3% du montant de la transaction.

Ce tarif est supporté par le client et partagé par KKiaPay et le fournisseur de service (Opérateur GSM & partenaires). Sur les cartes de crédit, nous prenons 3,5% partagés entre KKiaPay et les réseaux VISA ou MasterCard qui permettent d’effectuer cette opération. Nous offrons également des possibilités de reversement automatique des montants collectés paramétrable sur la plateforme.

Quelles sont les fonctionnalités de la plateforme ?
J’aimerais rappeler que KKiaPay ne développe pas les usages. Elle fournit d’abord la possibilité d’avoir un moyen de paiement associé à son usage. Aujourd’hui, elle est intégrée dans des cas d’usage comme le paiement de la TVM par le ministère des Finances qui permet aux détenteurs de véhicules à moteur de payer la taxe avec KKiaPay. Nous ne développons pas les usages mais KKiaPay peut être utilisée pour payer tout et n’importe quoi.

Nos fonctionnalités s’articulent autour de l’encaissement à distance ou en point de vente. Nous intervenons dans le suivi de la transaction en offrant au marchand la visibilité en temps réel sur chacune des transactions effectuées. KKiaPay est également présent dans le suivi de la trésorerie, la visualisation des informations clients et gestion de la relation client, de même que la sécurité des transactions et la gestion des fraudes.

Quelle est la vision à long terme de KKiaPay ?
KKiaPay est partie d’un besoin interne. Open SI est d’abord une boîte de développement logiciel. Dans nos solutions, nous avons eu le besoin d’accepter des paiements et comme cela n’existait pas, nous l’avons créé. Aujourd’hui, nous avons intégré tous les moyens de paiement mobile qui sont disponibles au Bénin. Nous avons déjà commencé les démarches avec le Sénégal et nous faisons actuellement les intégrations techniques. Dans les prochains mois, KKiaPay sera disponible au Sénégal. Après le Sénégal, nous irons en Côte d’Ivoire. L’ambition est de pouvoir couvrir dans les cinq prochaines années les 8 pays de la zone Uemoa.

Propos recueillis par Michaël Tchokpodo, Bénin

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here