Lutte contre la cybercriminalité en Côte d’Ivoire : la brigade du web sort ses griffes

0
1757
Véhicules d'intervention de la PLCC devant les locaux de la DITT à Abidjan-Cocody.

Il ne se passe plus de semaine sans que la Plateforme de lutte contre la cybercriminalité (PLCC) affiche sur sa page web, le ou les noms des cybers escrocs mis aux arrêts. L’enjeu en vaut la peine : il faut sécuriser une économie florissante.

(CIO Mag) – Au cours du premier semestre de l’année 2014, 37 personnes mêlées à des affaires d’arnaque, de fraude sur compte mobile, de commande avec fausses promesses d’achat, etc. ont été interpellées. Parmi elles, 20 sont derrière les barreaux. Et la traque se poursuit. Avec des partenaires de poids pour la PLCC : le FBI, les services de polices français, belges et suisses. Déjà, entre 2009 et 2013, la détermination des autorités avait permis de mettre hors d’état de nuire plus de 170 criminels.

L’urgence d’une réponse technologique

Si les cybers escrocs, une fois interpellés sont brandits sur la Toile comme des trophées, c’est bien parce qu’ils constituent une menace permanente pour l’économie et la société de l’information. Alors que le pays renoue avec la croissance et que les investisseurs affûtent leurs arguments pour saisir au bond les opportunités d’affaires, ce n’est pas le moment de laisser des individus cachés derrière des écrans d’ordinateurs, saboter les efforts accomplis.

Enquêtes judiciaires sur les infractions visant ou utilisant des systèmes informatiques, et également sur les modes de traitement, de stockage et de transmission de l’information ; monitoring quasi-permanent sur les services en ligne et les sites web d’une centaine d’entreprises ; patrouilles virtuelles.

Autant d’actions qui dénotent de l’urgence d’une réponse technologique et juridique contre l’évolution du phénomène telle que constatée depuis des années.

A la guerre comme à la guerre !

En 2010, le pays en avait été durement frappé, avec une perte évaluée à plus de 14 milliards de FCFA. La charge a été vigoureuse. Mais elle n’a pas ébranlé la volonté des enquêteurs. 2012 : 3 milliards 300 millions de FCFA volés ; 2013 : 3 milliards 600 millions de FCFA. La tendance est à la baisse. Premier semestre de l’année 2014 : 1 milliard 500 millions de FCFA (source : rapports annuels du Centre ivoirien de réponses aux incidents informatiques, CI-CERT).

Un retournement de situation d’autant plus spectaculaire que la détermination du gouvernement, pour l’établissement d’un écosystème moderne et compétitif en matière de TIC, avait été salué au sein de la communauté internationale.

Pour parvenir à ce résultat, la PLCC n’a pas lésiné sur les moyens. Quitte à durcir la répression. Et à se montrer plus ferme. Notamment, avec les établissements financiers, plus spécifiquement les maisons de transfert d’argent, où transite une bonne partie du butin des cybers escrocs.

Ce qui a eu pour conséquence de pousser les cybercriminels à changer de méthodes. Délaissant au passage les infractions classiques telles que les arnaques aux faux sentiments. Pour de nouveaux types d’infractions liées aux moyens de transfert par Mobile money et autres nouveaux outils TIC, tel que la fraude à la Simbox et le détournement de transfert d’argent.

Dans le bilan partiel (janvier-juin 2014) des activités de la PLCC, le Commandant Guelpetchin Ouattara, Directeur de l’Informatique et des Traces Technologiques (DITT), faisait remarquer que « cet indicateur souligne indiscutablement la migration de l’activité cybercriminelle vers un nouveau marché en plein boom en Côte d’Ivoire ».

De quoi interpeller les agents de la PLCC à plus de vigilance. Afin d’éviter à la Côte d’Ivoire des pertes financières de plusieurs milliards de FCFA, des pertes d’emplois par centaine et, par ricochet, des points de PIB en moins pour le pays.

Anselme AKEKO, Abidjan
anselme.akeko@cio-mag.com


Sur le même sujet : 

Cybercriminalité : la Côte d’Ivoire assure être prête à gagner le combat

Cybercriminalité : «Il faut qu’on voie que la Côte d’Ivoire réagit »

Cyberattaque : quand le FBI débarque à Abidjan

Cyberescroquerie : comment le phénomène a pris corps en Côte d’Ivoire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here