Côte d’Ivoire / Mobile Money : l’augmentation des frais sur les transactions, suspendue

0
1007

(CIO Mag) – Les entreprises de téléphonie mobile ont annoncé, jeudi 7 mars 2019, par l’entremise de l’Union nationale des entreprises de télécommunications (Unetel), la suspension de l’augmentation de 7,2 % des frais de transaction sur le Mobile Money en Côte d’Ivoire. C’est par des SMS envoyés dans l’après-midi que ces compagnies de téléphonie mobile ont informé leurs abonnés respectifs de cette décision.

Lire aussi  » Côte d’Ivoire : le Mobile Money a trouvé ses adeptes

Elle fait suite, selon l’Unetel, à une rencontre que les responsables des opérateurs télécoms (Orange, MTN et Moov), ont eue avec le ministre de l’Economie numérique et de la Poste et le Secrétaire d’Etat en charge du Budget et du Portefeuille de l’Etat. Rencontre au cours de laquelle les parties prenantes ont convenu de la mise en place d’un groupe de travail pour adresser dans les meilleurs délais leurs préoccupations respectives.

Lire aussi » Mobile money en Côte d’Ivoire : la croissance s’accentue en 2018, +20 milliards FCFA de recettes

A noter également que ces échangent interviennent une semaine après l’injonction de l’Autorité de régulation des télécommunications/TIC (Artci), exigeant de tous les opérateurs de téléphonie mobile l’arrêt immédiat de leur décision d’appliquer des grilles tarifaires revues à la hausse corrélativement aux nouvelles taxes cumulées de 7,2 auxquelles ils sont assujettis depuis le 1er janvier 2019, en application de la loi de finance 2019.

Lire aussi » Côte d’Ivoire : de nouvelles taxes, d’un montant cumulé de 7%, sur le Mobile money

Dans un communiqué, l’Artci a rappelé aux opérateurs de téléphonie mobile qu’en application de l’article 174 de l’ordonnance n°2012-293 du 21 mars 2012 relative aux Télécommunications et aux TIC, ils sont tenus de lui communiquer les tarifs et conditions générales d’offre de service, un mois avant de les porter à la connaissance du public. L’Unetel avait alors fait remarquer que cette application était « une des conséquences logiques » de la taxation de leurs services, avant de revenir aux anciens tarifs.

Anselme AKEKO

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here