Cryptomonnaie : le MTI sud-africain ou la plus « grosse arnaque » mondiale en 2020

Dans son rapport de crypto crimes 2020, la société Chainalysis d’analyse de la blockchain fournissant des logiciels de conformité et d’enquête aux organisations a désigné Mirror Trading Internationl (MTI) en tête du Top 10 des escroqueries aux investissements en devises cryptographiques.

(Cio Mag) – « Mirror Trading International a été de loin la plus grande escroquerie de l’année, avec 589 millions de dollars de crypto répartis sur plus de 471 000 dépôts, ce qui laisse supposer un nombre de victimes se chiffrant en centaines de milliers », a dévoilé le rapport.

MTI est une société de commerce et de réseautage qui utilise le bitcoin comme monnaie de base pour payer les primes à ses membres. Malgré ses airs de légitimité, « les recherches sur Google révèlent que les gens ont, à juste titre, spéculé sur le fait que l’entreprise est une escroquerie », déplore l’étude.

Elle énumère également quelques faits qui remettent en cause l’innocence de ce réseau. Notamment un article de Coindesk, un site d’actualités spécialisé dans le bitcoin et les devises numériques incitant les utilisateurs de MTI à retirer leurs fonds dès que possible. Tout en citant la décision des régulateurs de l’Etat du Texas d’étiqueter officiellement la société comme une arnaque, ainsi qu’une enquête en cours de l’Autorité de contrôle des services financiers d’Afrique du Sud.

En effet, dans un communiqué publié en août dernier, l’autorité exigeait, une licence correspondant aux activités financières de l’entreprise. Elle a surtout constaté que « les rendements des investissements revendiqués par MTI semblent farfelus et irréalistes » car elle n’avait pas été en mesure de confirmer de manière concluante des fonds existants déclarés par MTI. Sans oublier que qu’après une enquête l’autorité a constaté  que la société avait falsifié des déclarations commerciales, n’avait pas déclaré de pertes et avait commis d’autres actes de fraude pour tromper le marché.

« L’enquête a également révélé que MTI avait plus de 16 000 bitcoins de fonds d’investissement de clients déclarés non comptabilisés. MTI a prétendu avoir transféré ces fonds sur une nouvelle plateforme de négociation de devises après que son ancienne plateforme l’ait interdite en raison de sa réputation d’escroquerie. La nouvelle plateforme affirme que ces fonds n’ont jamais été déposés », persiste Chainanalysis.

Alors que l’autorité de contrôle de services financiers a averti le public de la non-autorisation des activités de MTI, les clients se sont également plaints de ne plus pouvoir accéder ou retirer les fonds qu’ils avaient déposés sur la plateforme tandis que Johan Steynberg, PDG du groupe a déserté l’Afrique du Sud.

Selon le rapport Chainanalysis, le plus intéressant est peut-être l’utilisation apparente par le MTI Club d’un service populaire de jeu de devises cryptographiques comme mécanisme de blanchiment d’argent et d’encaissement.

« La plateforme est la destination la plus risquée des fonds du MTI en volume, ayant reçu 39 millions de dollars de crypto d’arnaque en 2020. Dovey Wan, observateur de la crypto monnaie  et investisseur en capital-risque, explique que cette technique de blanchiment d’argent devient courante pour de nombreux cybercriminels qui utilisent la crypto monnaie », peut-on lire dans le rapport.

Informer pour décourager

D’après l’enquête, ces mécanismes de jeu permettent de masquer les origines et les flux de fonds obtenus de manière illicite.

Elle affirme par ailleurs que ce fait est particulièrement vrai pour les arnaqueurs et que ce réseau sud-africain est un exemple de la raison pour laquelle l’industrie doit informer que les plateformes de négociation algorithmiques promettant des rendements irréalistes sont presque toujours des escroqueries.

Pour l’entreprise d’analyses de blockchain, les bourses de valeurs et autres services de cryptologie doivent également  décourager les utilisateurs d’envoyer des fonds ou du moins les avertir que des pertes financières sont très probables.

En outre, les bourses, les plateformes de jeux et les autres services que ces escroqueries utilisent pour blanchir des fonds devraient envisager de bloquer les transactions des entreprises reconnues comme des arnaqueuses.

Elle a également prévenu que la crypto-monnaie reste attrayante pour les criminels, principalement en raison de son pseudonyme et la facilité avec laquelle elle permet aux utilisateurs d’envoyer instantanément des fonds n’importe où dans le monde, malgré sa conception transparente et traçable.

Selon elle, la criminalité liée à la crypto monnaie a fortement diminué l’année dernière. Laquelle a été « une année incroyable » pour cette monnaie 2020 avec le bitcoin qui a « pulvérisé ses précédents records de prix, en grande partie grâce par l’augmentation du nombre de personnes dans la monnaie crypto ».

Aurore Bonny

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here