Huawei renforce son partenariat avec l’UA et souhaite mettre un terme aux rumeurs de fuite de données

0
753
Crédit Photo : REUTERS/Thomas Peter

(CIO Mag) – Dans un communiqué dont Cio Mag a reçu copie, Huawei et l’Union africaine annoncent avoir signé, vendredi 31 mai 2019, par l’intermédiaire de Thomas Kwesi Quartey, vice-président de la Commission de l’Union africaine et Philippe Wang, vice-président de Huawei pour la région Afrique du Nord, un protocole d’accord pour consolider leur collaboration et établir les dispositions nécessaires pour assurer une coopération efficace en matière de TIC.

Philippe Wang, vice-président de Huawei pour la région Afrique du Nord, en charge des relations publiques et de la communication, a déclaré que « cette collaboration témoigne de la confiance continue de l’Union africaine envers Huawei. À travers cette démarche, nous souhaitons également mettre un terme aux rumeurs de fuite des données provenant des équipements Huawei, étant donné que l’UA a procédé à un audit complet de son système informatique au sein de l’ensemble de l’organisation, et les conclusions démentent les propos avancés dans les médias l’année dernière ».

Lire aussi » Espionnage à l’Union Africaine : le président de la commission parle d’allégations mensongères

Et Philippe Wang d’ajouter que « Huawei, partenaire stratégique pour la numérisation de l’Afrique, s’engage à apporter à l’Union africaine une expérience unique qui répond à leurs attentes et leurs besoins, notamment en matière de transfert technologique et de connectivité ».

Pour sa part, Thomas Kwesi Quartey, vice-président de la Commission de l’Union africaine, s’est estimé « heureux » de consolider le partenariat existant avec Huawei, un groupe leader dans les domaines de l’innovation et de la recherche technologique. « Il est essentiel que nous travaillions en étroite collaboration avec nos partenaires pour relever les défis de la transformation numérique en Afrique. Cette collaboration montre que nous sommes prêts à jouer un rôle majeur dans la construction de notre avenir numérique », a-t-il dit.

L’objectif principal de ce protocole d’accord est de renforcer leur partenariat dans les 5 domaines suivants : le haut débit, l’Internet des Objets (IoT), le Cloud Computing, la 5G et l’intelligence artificielle.

Ledit protocole offre aux différents départements de l’Union africaine de nouvelles possibilités de partager leur expérience avec Huawei dans le domaine de la gestion et de l’exécution de projets à l’appui du développement des TIC sur le continent africain. Notamment la cybersécurité, la cybersanté, l’éducation en ligne et autres applications connexes.

Lire aussi » Transformation numérique en Afrique : Huawei rejoint Smart Africa

Signé pour une période de trois ans, cet accord s’inscrit dans le prolongement d’un précédent protocole d’accord signé en février 2015. Il vise à établir une collaboration plus étroite et un échange d’informations entre Huawei et l’Union africaine. Les deux parties collaborent également pour trouver des talents locaux afin de les former aux défis numériques futurs de l’écosystème technologique. Cette initiative vise également à accroître les possibilités d’emploi pour les jeunes en leur fournissant des connaissances et des compétences dans le domaine des TIC.

L’Afrique est devenue le deuxième plus grand marché mobile du monde après l’Asie. Deloitte estime que d’ici 2020, 660 millions d’Africains seront équipés d’un smartphone et que le taux de pénétration devrait atteindre 50% d’ici fin 2023 selon la GMSA Intelligence. Sur ce continent où les infrastructures sont encore limitées, la transformation numérique offre d’énormes opportunités et permettra de distribuer des connexions à haute densité sur l’ensemble du continent africain.

Le déploiement des technologies de l’information en Afrique améliorera également la performance des secteurs clés qui ont un impact significatif sur la vie quotidienne des Africains, tels que la santé, les transports, les médias et l’énergie.

Lire aussi » Huawei, la peur bleue de l’Occident

Rappelons que Huawei est l’un des principaux fournisseurs mondiaux d’infrastructures et d’appareils intelligents. Avec des solutions intégrées dans quatre domaines clés – réseaux de télécommunications, TI, dispositifs intelligents et services en nuage. Depuis quelques mois, Huawei est accusé par les Etats-Unis d’espionnage pour le compte de Pékin, ce que l’opérateur chinois ne cesse de démentir.

Youcef  MAALLEMI

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here