Le président Macron clôture le Tour de France de l’entrepreneuriat des diasporas et de la diversité

(Cio Mag) – En présence de Mme Élisabeth Moreno, ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances, et de Franck Riester, ministre délégué, chargé du Commerce extérieur et de l’Attractivité, la dernière étape du Tour de France, organisée par le Conseil présidentiel pour l’Afrique (CPA), s’est tenue le 5 février en format hybride à Paris. Pour cette édition à laquelle Cio Mag était partenaire média, les participants ont eu droit à un programme riche en échanges autour de l’entrepreneuriat des diasporas. Mettant la lumière sur les efforts déployés par le CPA et tous ses partenaires, l’Agence française de développement (AFD), d’Expertise France et de Business France, avec l’objectif de réinventer les relations entre la France et le continent africain.

Dans son intervention diffusée en clôture de cette manifestation, le président français Emmanuel Macron a affirmé le besoin urgent en mesures destinées aux entrepreneurs des diasporas africaines : ‘’Nous avons des dispositifs d’accompagnement pour les entrepreneurs français voulant développer un projet en France, pour des africains en Afrique, pour développer l’export. Mais trop peu de mesures destinées aux entrepreneurs basés en France qui souhaitent s’engager en Afrique, et qui font partie de nos diasporas’’.

Et de préciser la nécessité d’y remédier, en vue d’assurer des voies de développement communes avec l’Afrique : ‘’Je suis convaincu que le renouvellement des relations entre l’Afrique et la France passe par des projets qui servent de traits d’union, par le changement de visages, le changement de méthodes… Un changement qui s’incarne par les entrepreneurs de la diaspora, engagés dans la volonté de développer une relation différente avec le continent africain.’’

A l’écoute des diasporas

Au début des travaux de cette conférence-débat, Wilfrid Lauriano Do Rego, coordonnateur du Conseil présidentiel pour l’Afrique, a donné le ton de la démarche adoptée par le CPA dans le cadre de ce tour de France. Une démarche qui se base sur l’écoute des diasporas, la compréhension de leurs préoccupations et la mise en place de mesures concrètes pour les accompagner dans leurs projets sur le continent africain. A ce titre, le coordonnateur du CPA a tenu à partager les chiffres qui ressortent de l’étude menée à cette occasion par OpinionWay, pour évaluer la perception des diasporas africaines. ‘’Ce sondage est venu finalement en vue de poser un cadre à nos débats. Au fond, ses résultats correspondent parfaitement à ceux que nous avons observés sur le terrain, mais le sondage nous a été utile pour mieux structurer notre démarche et aller de l’avant’’, indique Wilfrid Lauriano Do Rego.

Bien qu’il dévoile des représentations qui vont dans le sens de la coopération économique entre les deux rives de la méditerranée (83% des personnes sondées considèrent l’Afrique comme une chance pour la France sur le plan économique, et 71% se disent prêts à entreprendre dans leurs pays d’origine).

Il ressort tout de même de ce sondage, des perceptions plutôt négatives quant aux politiques d’intégration et de soutien économique : 73% des individus en âge d’activité professionnelle (entre 25 et 50 ans) pensent que l’intégration fonctionne mal en France, et portent le sentiment que l’égalité des chances n’est pas respectée pour les personnes d’origine étrangère.  ‘’De ce sondage comme du tour de France, il transparaît un malaise qu’il ne faut pas prendre à la légère. Car il touche au fondement du vivre ensemble et la cohésion de notre société’’, conclut Wilfrid Lauriano Do Rego.

Dans ce sens, Élisabeth Moreno, ministre déléguée chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes, de la Diversité et de l’Égalité des chances, a tenu dans son mot d’ouverture à affirmer la mobilisation du gouvernement en vue de redresser cette situation. En croisant l’entreprise des chances qui s’offrent à la France en Afrique, avec le développement et l’inclusion économique de ses diasporas africaines. ‘’En donnant un cap, en mettant la lumière sur les diasporas et ses talents, en apportant des solutions concrètes aux entrepreneurs qui en sont issus, en réunissant acteurs publics, privés et société civile autour d’une même table, vous faites office -membres de diasporas- à la fois de passerelle et de boussole’’, affirme Élisabeth Moreno.

De concert, Franck Riester, ministre délégué, chargé du Commerce extérieur et de l’Attractivité, a insisté sur ce rôle affairé aux diasporas africaines dans la vision gouvernementale, en tant que vecteur de coopération économique avec l’Afrique. ‘’Les diasporas africaines sont la clé du nouveau partenariat économique sur un pied d’égalité avec les pays africains. Votre appartenance à chacune des deux rives de la méditerranée fait de vous d’indispensables passerelles entre les deux continents’’, argumente-t-il.

PASS Africa

A ce titre, la dernière étape a été aussi l’occasion de présenter les différentes mesures d’accompagnement, s’adressant aux entrepreneurs franco-africains. Notamment la création du « PASS Africa », mis en œuvre via le partenariat entre le CPA et BPI France. Ce label décerné à une vingtaine d’entreprises par an, constitue une solution transversale dont la vocation est d’accélérer le développement des entreprises à fort potentiel de croissance, et qui priorisent l’Afrique dans leurs stratégies de développement.

‘’Il est deux fois plus complexe d’entreprendre avec cet aspect binational. Ce qui implique que nous soyons deux fois plus attentifs dans notre démarche d’accompagnement… Ainsi, PASS Africa facilite le support nécessaire sur les marchés africains, à travers les différentes directions régionales de BPI France en Afrique’’, commente Pedro Novo, directeur exécutif en charge de l’Export, BPI France, dans son intervention dans le cadre du panel Pour mieux accompagner Et mieux financer’’.

En outre, PASS Africa c’est aussi une communauté d’entrepreneurs aux problématiques qui peuvent être similaires. De ce fait, « PASS Africa / EuroQuity » se présente comme une plateforme réservée aux entrepreneurs bénéficiaires du label « PASS Africa », avec l’objectif d’interconnecter les écosystèmes de l’entrepreneuriat et de l’innovation entre l’Europe et l’Afrique.

Par ailleurs, un guichet virtuel a été mis en place sur le site du CPA, pour servir de guide pratique aux entrepreneurs. L’objectif étant d’aider les porteurs de projets à identifier les mesures de soutien les plus adaptées au type et au niveau de maturité de leurs business en Afrique.

Pour affirmer cette mobilisation gouvernementale en faveur de l’entrepreneuriat des diasporas, les travaux de cette dernière étape ont été clôturés par l’annonce du président Emmanuel Macron du sommet Afrique France, qui se tiendra à Montpellier les 9 et 10 juillet 2021. ‘’Ce sera le sommet des acteurs africains, français et franco-africains qui construisent par leurs projets, par leurs actions et par leurs engagements, les nouvelles relations entre la France et le continent africain’’, conclut le président de la République.

Zakaria GALLOUCH

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *