Les Aigles de Carthage à la conquête du sacre mondial numérique

0
1416

A l’occasion de la Coupe du Monde de Football 2018 qui se déroule en Russie, la Rédaction de CIO Mag vous invite à découvrir l’Afrique qui gagne, à travers une incursion dans l’écosystème numérique des cinq (5) nations engagées dans la compétition : l’Egypte, le Nigéria, la Tunisie, le Sénégal et le Maroc.

(CIO Mag) – Ils sont venus, ils sont tous là, même ceux du sud de la méditerranée ! La compétition est rude, la pente est raide et les candidats sont nombreux, tous à la recherche du titre. Mais n’arrivera au bout du chemin que celui qui a mis les chances de la réussite de son côté. A ce jeu, la Tunisie bénéficie d’un long passé et d’une longue tradition ; et s’est préparée comme il se doit pour sortir victorieuse de la course à la transformation digitale. L’objectif : « Tunisie Digitale 2020 », devenir une référence numérique internationale et faire des TIC un levier important pour le développement socio-économique.

Comment la Tunisie a-t-elle bâti ses fondements dans le digital ?

L’histoire remonte à 1995, année de recrutement du premier coach national de l’informatique en la personne du secrétaire d’État à l’Informatique évoluant sous la direction technique du Premier ministre. En 1997, la Tunisie se dote d’une commission nationale sur le commerce électronique. Le Conseil interministériel sur l’économie numérique arrive en 1999 précédant d’une petite année la promulgation de la loi sur les échanges et le commerce électroniques ainsi que la création de l’Agence nationale de certification électronique. En 2001, le secrétaire d’État évolue plutôt timidement en défense sous la houlette du directeur technique du ministère des Technologies de la Communication et du Transport. C’est en 2004 qu’on assiste à la création  du ministère des Technologies de l’information et des Communications, rebaptisé sous le gouvernement actuel de Youssef Chahed, ministère des Technologies de l’information et de l’Économie numérique.

L’ambition est forte, l’espoir est de mise et l’attaque est de rigueur

La Tunisie aligne une attaque sans précédent : en pointe un cadre juridique avant-gardiste, j’ai cité le Startup Act, sur le côté droit un financement engagé avec de nombreux fonds d’investissement Tunisiens, Africains et internationaux, sur le côté gauche une formation adaptée et à l’écoute du marché du travail avec des initiatives comme l’école 42 de formation en informatique créée et financée par Xavier Niel, et en milieu de terrain, la création d’un écosystème solide et cohérent avec des structures telles que  Intilaq ou encore « Station  T » la réplique Tunisienne de Station F, incubateur géant de startups Françaises. Coté défense, la Tunisie peut évoluer en totale confiance par rapport à son écosystème de startup avec à titre d’exemple un accord de partenariat tripartite entre la Caisse des Dépôts et de Consignations Tunisienne (CDC), l’Agence Française de développement (AFD) et la Banque Publique d’Investissement (BPI France) portant sur un financement des startups tunisiennes à hauteur 100 millions d’euros ou encore avec un fonds de 500 millions de dollars pour les startups africaines dont la gestion est assurée par la Tunisie. Les résultats ne se font pas attendre et des champions locaux commencent à voir le jour, à l’image d’un jeune startuppeur  Tunisien bourré de talent, d’ambition et de faim de réussite. A 21 ans, Yahya Bouhlel est à la tête de Go My Code, une startup fort prometteuse qu’il définit comme étant l’école du 21ème siècle. Ce jeune entrepreneur autodidacte part à la conquête de l’entreprenariat sociale avec pour seul bagage son bac, ses deux stages  à la Mecque de l’IT, la Silicon Valley, et une liste impressionnante de  prix obtenus dans des compétitions prestigieuses telles que le Pebble Sponsor Price AngelHacks à la Silicon Valley, le Best iOs game YC hacks, le concours d’entreprenariat Bloom Masters catégorie, le Youth Entrepreneurship Summit WC et bien d’autres.

L’infrastructure et les fondements de la sélection « Tunisie digitale » sont en perpétuelle progression

Citons, selon le ministère des Technologies de la Communication et de l’Economie Numérique pour l’année 2017, près de 16 millions d’abonnés aux réseaux téléphoniques fixes et mobiles, 135 lignes téléphoniques fixes et mobiles pour 100 habitants, 23 ordinateurs par 100 habitants, 40 ordinateurs par 100 ménages, une capacité de la bande passante internationale d’Internet  de 320 Gb/s et 8,316 millions d’abonnements au réseau Internet dont 90,1 %  d’Internet Mobile. Avec des chiffres pareils couvrant, entre autres, l’infrastructure, la formation, l’écosystème des startups, la gouvernance, le pronostic ne peut être que rassurant.

En synthèse, la Tunisie repart avec une très bonne note de 5/5 récompensant sa loi disruptive  « Startup Act » votée à l’ARP le 2 Avril 2018 (voir notre article https://cio-mag.com/startup-act-une-loi-revolutionnaire-pour-booster-lecosysteme-des-startups-tunisiennes/), une très bonne note également de 4,5/5 pour la qualité de la formation dispensée dans le secteur des TIC, pour l’infrastructure, la note de 4/5 est sanctionnée en partie par le coût de l’accès à internet  qui reste élevé et enfin, la note de 3,5/5 pour une gouvernance qui est clairement à améliorer.

Faouzi Moussa


Sur le même sujet : 

En Egypte, le secteur des télécoms est performant comme Mohamed Salah

Maroc Digital : jamais sur le banc de touche, toujours au fond des filets ! 

Numérique : le Nigeria gardera-t-il son titre de champion en Afrique ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here