RDC : les défis des plateformes d’EduTech à l’heure de la pandémie

La pandémie du Coronavirus a perturbé le programme d’enseignement en République démocratique du Congo, notamment à la suite des mesures impliquant l’arrêt des activités scolaires pour limiter la propagation du Covid-19. Dans ce contexte, les ministères de l’enseignement primaire et secondaire (EPST) et de l’enseignement supérieur et universitaire (ESU) ont tenté d’assurer la continuité des apprentissages par le biais de l’enseignement à distance. Et via la mise en place de programmes radiotélévisés et de plateformes d’enseignement en ligne (EduTech).

Par Enock Bulonza

Le recours à cette nouvelle méthode, consistant en la mise en place des plateformes numériques et des outils technologiques dédiés à l’éducation, a galvanisé le génie des jeunes. Ces plateformes ont néanmoins dû fait face à de nombreux défis. Parmi eux, l’utilisation des outils des technologies de l’information et de la communication, l’accès à internet et le manque de motivation des apprenants et la précarité.

Accès à internet

Les heures perdues lors de la pandémie ont permis à de nombreux entrepreneurs tech de se lancer dans le développement des plateformes en ligne. Gaspard Marhegane, père de trois enfants habitant à Kinshasa, a suivi les programmes d’enseignement en ligne. Il atteste que de « nombreuses institutions qui organisaient ces programmes proposaient des plateformes qui nécessitaient la connexion internet ».  Moboti, étudiant en deuxième année de Master en Informatique à l’Université Catholique du Congo (UCC), affirme que les plateformes d’EduTech ont dû faire face au problème d’accès à internet. « De nombreuses plateformes proposaient des contenus pédagogiques pendant l’arrêt des activités académiques. Mais, rares sont les étudiants et les élèves qui ont pu accéder régulièrement à ces contenus ». L’UCC a été l’une des rares institutions à proposer des cours en ligne pendant la période de confinement.

Selon Kibassa Maliba, ministre des Postes et télécommunications et des Nouvelles technologies de l’information et de la communication (PTNTIC), en République démocratique du Congo, plus de 50% de Congolais n’ont pas de téléphone et seulement 12 à 15 % sont connectés à internet. (…)

Lire l’article complet dans Cio Mag N°70 Juillet – Août – Septembre 2021

N°70 JUILLET-AÔUT-SEPTEMBRE 2021

Enock Bulonza

Journaliste spécialisé dans les TIC et la santé. Passionné par les technologies émergentes (IA,  développement full-stack et la blockchain, etc.). En tant que correspondant de Cio-Mag dans la région des Grands lacs africains, je suis chargé de couvrir les développements technologiques et de fournir des informations précises et pertinentes sur ces sujets.

View All Posts

Pin It on Pinterest