Togo : Le 1er concours LabFrancophone sur les objets connectés lancé à Lomé

0
2170
Les participants entourant les officiels au lancement du concours LabFrancophone à Woelab à Lomé

Le premier concours de la Francophonie sur les objets connectés est officiellement ouvert à Lomé, mardi 23 mai 2017. Dénommé ‘’LabFrancophone’’, ce concours va primer trois projets axés sur les OiT –internet des Objets- qui auront convaincu un jury international composé de plusieurs experts de la technologie, des TIC et du numérique. L’événement se déroule à Woelab à Lomé et a mobilisé plusieurs groupes de jeunes qui ont soumis leurs projets.

Si le programme a démarré lundi avec les formations, c’est ce mardi 23 mai 2017 que les responsables du ministère de l’économie numérique du Togo et ceux de la Francophonie ont procédé au lancement officiel de ce premier concours de la Francophonie sur les IoT, Internet des objets.

La ministre des Postes et de l’Economie Numérique du Togo,  Cina Lawson représentée à la cérémonie par son chargé de mission, Tsatsou Fiadjoe, coordonnateur du programme E-gouvernement avait un message pour les jeunes candidats à ce premier concours. «Si nous arrivons à faire que ces objets connectés puissent régler des problèmes dans notre environnement immédiat, nous participons à améliorer l’économie national et donc nous pouvons faire en sorte que l’économie numérique puissent être un levier de l’économie nationale », a-t-elle fait délivrer comme message. Le représentant de la ministre a aussi réaffirmé l’engagement des autorités du Togo à accompagner tous les projets qui puissent donner un coup d’accélérateur à une réelle économie numérique au Togo.

Le représentant de la Ministre Cina lawson, M. TSATSU et le Directeur Nubukpo au lancement du concours LabFrancophone
Le représentant de la Ministre Cina lawson, M. TSATSU et le Directeur Nubukpo au lancement du concours LabFrancophone

Pour la Francophonie qui soutient ce concours à travers le fonds Francophone pour l’innovation numérique, « le partage dans le domaine numérique s’inscrit aussi dans une dynamique d’intelligence collective et de promotion de ressources libres pour le développement de tous », a laissé entendre le professeur Kako Nubukpo, Directeur de l’économie numérique de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF). Aussi, pour lui, « la feuille de route confiée par les pays membres à l’OIF était claire : il fallait valoriser le dynamisme et la créativité des jeunes et des femmes francophones, puis leur donner une force économique à la hauteur du rôle moteur qu’ils jouent au sein de leurs pays ».

C’est Woelab, le centre incubateur et de démocratisation de la technologie qui accueille cet LES REPRESENTANTS DES CANDIDATS AU CONCOURS LABFRANCOPHONE AU LANCEMENT DU CONCOURS A WOELABévénement pour une semaine. Et pour l’OIF, l’esprit du collaboratif et du participatif de cette maison 2.0 de quartier est un facteur déterminant dans le partage et la vulgarisation des TIC et du numérique. Le fondateur de Woelab, Sénamé Agbodjinou dira que « ce concours est une occasion pour les jeunes togolais de s’exprimer par eux-mêmes ». Au total, TREIZE (13) projets sont en lice pour cette première édition du concours Labfrancophone sur les objets connectés.

Dimanche, au terme de trois d’hackathon appelé « innovathon », trois projets vont être primés. Le  premier remportera 10.000 euros, le deuxième, 6000 et le troisième 4000 euros. Mais pour le directeur Nubukpo, l’essentiel c’est de « poursuivre le perfectionnement des projets qui ne seront pas retenus, dans un esprit d’innovation ouverte, qui pourra permettre d’enrichir ses fonctionnalités », a-t-il dit aux jeunes.

Selon plusieurs experts à cet événement, les choses commencent à bouger dans le secteur du numérique, des TIC et des technologies. « On sent que les jeunes sont décidés à faire bouger les choses, et c’est plutôt une bonne nouvelle », notent plusieurs d’entres eux venus pour encadrer les jeunes à ce concours LabFrancophone de Lomé qui porte le thème : « objets connectés au service du développement durable ».

 

Souleyman TOBIAS, Lomé

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here