Comment le succès des attributions des fréquences peut accélérer les programmes numériques à travers l’Afrique

Par M. Akinwale Goodluck, Directeur Afrique à la GSMA.

Image d'illustration

Les avantages du haut débit mobile sont évidents dans toute l’Afrique. Pour les gouvernements qui souhaitent continuer à étendre la couverture et maximiser les avantages de la connectivité, s’assurer qu’il y a un spectre plus abordable est la première étape.

Akinwale Goodluck, Directeur Afrique à la GSMA

À la fin de 2019, 477 millions de personnes en Afrique subsaharienne étaient abonnées à des services mobiles, soit 45% de la population. En outre, le déploiement de la technologie mobile a entraîné un cinquième de la croissance du revenu par habitant au cours des 20 dernières années. Ce sont des chiffres impressionnants. Mais avec quelque 900 millions de personnes en Afrique toujours non connectées, il reste encore du travail à faire.

Les décisions d’octroi de licences de spectre, et la tarification en particulier, jouent un rôle crucial pour accélérer l’adoption des services mobiles et fournir de meilleurs réseaux et services aux consommateurs et aux entreprises. Notre nouveau rapport «Tarification efficace du spectre en Afrique» est sans précédent par sa portée et sa profondeur, et suit les attributions de spectre dans près de 50 pays africains pour la période 2010-2019.

Les effets négatifs des prix élevés du spectre sur la connectivité en Afrique sont malheureusement évidents. Il s’agit d’un problème qui doit être résolu pour que la région tire pleinement parti des avantages que le haut débit mobile peut apporter.

Les principales conclusions du rapport sont :

  • Les gouvernements africains ont attribué environ la moitié de la quantité de spectre mobile par rapport à la moyenne mondiale. Cette lacune dans les attributions de spectre est apparue et s’est élargie au cours de la dernière décennie, rendant difficile pour les opérateurs d’offrir des vitesses haut débit mobiles rapides. Les gouvernements de la région ont également autorisé en moyenne le spectre 3G et 4G environ trois ans plus tard que ceux des autres régions.
  • Les pays africains représentent une grande partie des pays ou les prix du spectre sont les plus élevés au monde. Lorsque les prix du spectre sont ajustés en fonction du revenu, l’Afrique représente environ la moitié de tous les prix du spectre élevés ou extrêmement élevés dans le monde. Même en excluant les valeurs extrêmes, les prix du spectre restent élevés. Les prix médians sont quatre fois plus élevés que dans les pays développés et deux fois plus élevés que la médiane mondiale.
  • L’octroi de licences plus tôt et à des prix abordables peut rapporter des dividendes aux consommateurs. Des quantités plus élevées de spectre et des prix plus bas du spectre sont étroitement liés à une couverture de la population, à des vitesses de téléchargement et à une adoption plus élevées. Les pays qui ont attribué le spectre plus tôt ont également atteint des niveaux de couverture plus élevés.

En bref, l’industrie mobile ne peut plus être considérée comme une vache à lait. Les interventions gouvernementales visant à maximiser les revenus ont des conséquences négatives pour les citoyens des villes et des zones rurales. Au lieu de cela, les gouvernements devraient libérer plus de spectre en temps opportun. Cela aide les opérateurs à étendre la couverture de leur réseau, à améliorer les vitesses et à encourager l’adoption. L’objectif de notre nouveau rapport est de donner aux gouvernements et aux régulateurs les arguments dont ils ont besoin pour mettre en œuvre des politiques qui contribuent à améliorer la capacité mobile et à étendre la connectivité.

Le marché de la téléphonie mobile dans la région subsaharienne devrait atteindre plusieurs jalons importants au cours des cinq prochaines années: un demi-milliard d’abonnés mobiles en 2021, un milliard de connexions mobiles en 2024 et 50% de pénétration des abonnés d’ici 2025. Comme souligné dans notre récente publication sur l’expansion de la couverture mobile, la clé pour atteindre ces objectifs réside dans de véritables partenariats entre les gouvernements et les opérateurs mobiles.

Plus important encore, ensemble, nous pouvons préparer le terrain pour des services mobiles plus innovants et connecter plus de personnes, où qu’elles vivent. Et avec cela, apportez les avantages de la connectivité mobile à des millions d’autres.

Le rapport «Tarification effective du spectre en Afrique» peut être téléchargé ici en français et ici en anglais.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here