Connectivité : 40 % de la population africaine est connecté à Internet (UIT)

L’Afrique demeure la moins connectée des six régions du monde, malgré que 40 % de sa population africaine soit connecté à internet. Cette information est contenue dans la nouvelle estimation de l’Union internationale des télécommunications (UIT) sur la connectivité en 2022.

Le continent n’est pas sorti de l’auberge en matière de fracture numérique. D’après la nouvelle estimation de l’UIT, l’Afrique demeure « la moins connectée des six régions », malgré que 40 % de sa population soit en ligne. Ceci fait suite à la réduction de la croissance annuelle de 13% de la pénétration d’Internet.

En 2021, 33% des Africains utilisaient internet. Cette nouvelle estimation est provisoire. Elle intervient en prélude au rapport « Faits et chiffres 2022 » de l’UIT qui sera publié à la fin de cette année. Il présentera les indicateurs notamment sur l’utilisation d’Internet par sexe, tranche d’âge et lieu, la couverture du réseau mobile, les abonnements au haut débit mobile et fixe et la possession d’un téléphone mobile. 

Connectivité sur l’échiquier mondial

Au niveau mondial, l’agence spécialisée des Nations unies pour les technologies de l’information et de la communication indique que « 5,3 milliards de personnes dans le monde utilisent désormais Internet ». Un chiffre qui montre que le nombre d’utilisateurs d’Internet a « augmenté de 7 % et la pénétration d’Internet a augmenté de 6 % entre 2021 et 2022 », lit-on dans ce document. L’Europe reste la région la plus connectée au monde, avec 89 % de sa population en ligne. Elle est suivie par l’Amérique avec plus de 80 % de la population en ligne. Les États arabes ont enregistré une croissance robuste, l’Internet touchant désormais 70 % de sa population. En Asie et dans le Pacifique, la pénétration d’Internet est passée de 61 % en 2021 à 64 % en 2022, par rapport à la population de la région.

En outre, en dépit de cette croissance de l’utilisation d’internet, l’Union internationale des télécommunications exprime des doutes sur le maintien de cet élan. « Nous ne devons pas supposer que la croissance robuste observée ces dernières années se poursuivra sans relâche. Ceux qui n’utilisent pas encore Internet seront les plus difficiles à mettre en ligne. Ils vivent dans des zones reculées, appartiennent souvent à des groupes défavorisés et, dans certains cas, ne connaissent pas les avantages d’Internet », s’inquiète Doreen Bogdan-Martin, directrice du bureau de développement des télécommunications de l’UIT.

Enock Bulonza

Journaliste Tech et observateur des enjeux socio-économiques des médias. Correspondant en RDC pour CIO-MAG

View All Posts