Orange MEA, Alioune NDIAYE porté au sommet du Kilimandjaro

Alioune NDIAYE (à g.) est porté au sommet du management de la zone Orange Middle East & Africa, dont Bruno METTLING reste Président.

Avoir plus de talents venus d’Afrique et du Moyen-Orient dans le top management du groupe était l’un des chantiers prioritaires de Bruno METTLING, PDG d’Orange Middle East & Africa cette année. Un objectif qu’il avait annoncé lors d’une interview accordée à CIO Mag en septembre dernier à l’occasion du bilan de la première année de sa présidence.

(CIO Mag) – C’est désormais chose faite, avec les nominations d’Alioune NDIAYE, Directeur Sonatel-Orange à la tête de la zone Afrique et Moyen Orient et celle d’Elisabeth Médou BADANG, ancienne Directrice de la filiale camerounaise, comme Directrice de zone et porte-parole d’Orange MEA. Pour compléter la reconnaissance des managers africains, Léon Charles CISS, un autre Sénégalais jusqu’alors Directeur de zone d’OMEA, est porté à la tête de la fonction Ethique et Compliance. Pour Bruno METTLING, « l’objectif est d’intégrer dans la composition du comité de direction 1/3 de cadres provenant d’Afrique et du Moyen-Orient avant la fin du premier semestre ».

Lancées dès 2015 par Stéphane RICHARD, PDG du Groupe, ces réformes s’inscrivent dans le cadre d’un plan plus global de réorganisation des activités d’Orange MEA. « La première étape de ce plan de transformation a permis de créer la holding qui rassemble toutes les activités d’Orange en Afrique et au Moyen-Orient. La holding OMEA qui réunit 21 pays et un parc de 130 millions de clients dispose aujourd’hui d’un statut et d’une autonomie complète de gestion », se félicite Bruno METTLING. Avec une croissance de +5,4% au quatrième trimestre 2017, OMEA a confirmé la solidité de son modèle économique et financier, devenant ainsi la 1ère zone de croissance du Groupe Orange fin 2017. Un succès à mettre à l’actif des managers et des équipes locales. Dans le modèle de gouvernance des ressources humaines, le groupe a toujours mis en avant la valorisation et la fidélisation du capital humain local et tout en favorisant la mobilité géographique des cadres au sein même du continent africain et au Moyen-Orient. Aujourd’hui, OMEA compte seulement 50 expatriés sur les 20 000 salariés que comptent ses 21 pays.

SONATEL, la plus importante filiale de la zone

Le second plan de transformation d’Orange MEA, appelé « Kilimandjaro », vient d’être lancé. L’enjeu est d’ancrer davantage cette stratégie gagnante dans la réalité des pays. Piloté par Bruno METTLING, le plan Kilimandjaro doit réformer la gouvernance d’OMEA. L’une de ses 30 composantes qui concerne l’évolution de la direction générale de MEA a abouti à la nomination d’Alioune NDIAYE au sommet du management de la zone dont Bruno METTLING restera Président. Ce dernier estime qu’Alioune NDIAYE présente le meilleur profil pour assurer, à ses côtés, la gestion opérationnelle des filiales. Depuis 6 ans, Alioune NDIAYE est à la tête de Sonatel dont il a su consolider la croissance et préserver la rentabilité. La Sonatel qui réalise 1,6 milliard d’euros de chiffre d’affaires, est la plus importante filiale de la zone et la 4ème du groupe après la France, l’Espagne et la Pologne. Pour Bruno METTLING : « En plus de ses capacités managériales, Alioune a des qualités personnelles d’intégrité, de rigueur, de gestion, assez exceptionnelles qui expliquent, les succès de SONATEL. Sa personnalité hors du commun et ses réussites m’ont conduit à proposer sa nomination à Stéphane Richard », poursuit-il.

« Cette nomination contribuera à renforcer le leadership des talents d’Afrique et du Moyen Orient qui font le succès d’Orange dans nos pays », pense-t-on chez l’opérateur français.

Enfin, au-delà de la reconnaissance des talents, le programme Kilimandjaro comporte d’autres actions comme la création d’une équipe dédiée à la zone MEA au sein de sa centrale d’achat, BuyIN. « Un bel exemple de mutualisation qui montre que le plan Kilimandjaro vise à assurer d’une part, le maintien de la puissance d’un grand groupe dans un domaine aussi stratégique que les achats et d’autre part, la capacité à prendre en compte des spécificités et des réalités locales à travers une équipe qui va être dédiée à la zone MEA », estime le dirigeant qui promet d’autres annonces, tout aussi ambitieuses, dans les semaines à venir…

Mohamadou DIALLO et Souleyman TOBIAS

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE