Smart Africa : 5e réunion du Conseil africain des régulateurs à Lomé

0
1397

(CIO Mag) – La 5e réunion du Conseil africain des régulateurs (CAR) de l’alliance Smart Africa s’est ouverte ce 25 juillet à Lomé pour faire le point sur ses projets. En s’adressant aux pays membres, Cina Lawson, ministre des Postes et de l’Economie numérique du Togo, s’est réjouit de la pertinence de cette alliance. Elle a fait observer que de 7 au départ, l’Alliance Smart Africa compte aujourd’hui 24 pays et d’autres s’annoncent. Ce qui pour Cina Lawson est un signe que l’initiative des chefs d’Etat de l’Alliance convainc !

« C’est un projet très ambitieux et les communications au sein de l’Afrique doivent pouvoir circuler dans un ensemble uni. Pour cela, il faut plusieurs éléments, notamment améliorer les réglementations, les harmoniser, mettre en place une sorte de compensation unique et réfléchir aux services utiles pour le continent », dira Cina Lawson qui a rappelé également l’ultime vision de l’Alliance, à savoir la mise en place d’un réseau unique africain.

Lire aussi » Free Roaming – Afrique de l’Ouest : deuxième réunion d’évaluation à Lomé

A Lomé, la question posée aux régulateurs de l’Alliance Smart Africa est précise : comment faire des communications électroniques et du numérique des instruments d’intégration africaine ? Car le défi est de réussir à harmoniser les textes et réglementations de 24 pays, et plus. Le président du CAR en est conscient et, à son tour, a appelé les siens à tout mettre en œuvre pour la réalisation des objectifs de l’Alliance.

Lin Mombo, président du Conseil africain des régulateurs, à Lomé.

« Les populations attendent de bénéficier des fruits de la transformation digitale », dira le Gabonais Lin Mombo. Selon lui, cette 5e réunion du Conseil africain des régulateurs doit connaître des résolutions nécessaires pour faire un pas de plus vers la mise en place du marché unique des communications électroniques en Afrique. « Nous allons avoir des lignes directes entre les pays africains, a-t-il annoncé. Il y aura une économie d’échelle et les appels seront d’un coût relativement bas à cause du réseau unique. » Un projet dont les premiers acquis sont le Free roaming déjà effectif entre certains pays.

Lire aussi » « Notre engagement pour le Free roaming est total », Abayeh Boyodi, directeur général ART&P

En venant à Lomé, les régulateurs ont choisi un pays dont l’engagement pour la réalisation d’un marché africain intégré n’est plus à démontrer, s’est réjoui le régulateur togolais. Abayeh Boyodi, Directeur général de l’ART&P du Togo a salué l’engagement de ses pairs pour l’aboutissement de ce projet important aux yeux des chefs d’Etat de l’Alliance smart Africa. « Le Togo est honoré d’être choisi pour point de rencontre dédié à la recherche des solutions pour relever le défi de l’initiative Smart Africa », a ajouté M. Boyodi.

Les participants à la 5e réunion du Conseil africain des régulateurs à Lomé.

Le projet Smart Africa ambitionne de stimuler la connectivité, l’innovation et la transformation du continent africain. Il encourage l’harmonisation des politiques de télécommunication.

Souleyman Tobias, Lomé

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here