Comment Lifi-LED Côte d’Ivoire a permis au village de Drongouiné d’accéder à l’électricité, l’Internet et la télévision

1
3201
Ange Frederick Balma (au centre) avec des écoliers de Drongouiné, qui pourront grâce à la technologie Lifi réviser leur leçon la nuit. (Photo Lifi-LED CI)

En l’espace d’un week-end, Drongouiné a accédé à l’électricité, l’Internet et la télévision.

(CIO Mag) – Drongouiné, dernier village à l’Ouest de la Cote d’Ivoire, à 12 Km de Danané, ville frontalière avec le Libéria et la Guinée, continue d’expérimenter avec beaucoup de joie les bénéfices de l’installation de modules Lifi et de kits Wifi. Ces équipements ont permis à cette localité qui n’avait pas accès à l’électricité, où les élèves ne pouvaient pas réviser leurs leçons le soir, d’avoir en l’espace d’un week-end, la lumière, l’internet et la télévision.

Sans compter l’implantation d’une borne d’affichage numérique au dispensaire dudit village pour véhiculer des messages à destination de l’ensemble de la population. Fort du succès de Drongouiné, le déploiement de la technologie Lifi est annoncé dans 8000 villages de Côte d’Ivoire, en commençant par les départements de Zuénoula, au Centre-Ouest, et Dabakala, dans la région Nord du pays.

Lifi-LED CI

Une ampoule LED installée au dispensaire de Drongouiné.
Ampoule LED installée au dispensaire de Drongouiné.

Tout ceci, grâce à une idée innovante développée par la startup Lifi-LED CI qui utilise la technologie Lifi pour permettre un accès  à internet via le spectre lumineux. En pratique, des panneaux solaires sont installés sur le toit d’un bâtiment avec un circuit relié à des ampoules LED. Équipées de petits modules Wifi, ces ampoules permettent d’avoir accès à internet quand on se trouve sous le spectre lumineux.

Un système de répéteur donne également la possibilité de se connecter en Wifi ou en Bluetooth, dans un rayon de 3 Km pour le Wifi. Si cette technologie peu connue – cinq entreprises seulement l’implémentent aujourd’hui dans le monde – a pu être déployée dans l’Ouest de la Cote d’Ivoire, c’est surtout l’importance des startups dans le développement économique et social d’une nation et la nécessité d’appuyer ces Tech entrepreneurs à fort potentiel qui sont ici mis en évidence.

Fondation Jeunesse Numérique

Fondée par Ange Frederick Balma, Lifi-LED Côte d’Ivoire est en effet l’une des startups les plus matures qui bénéficient de l’accompagnement de la Fondation Jeunesse Numérique pilotée par Linda N. Vallée.  Conseillère technique du ministre en charge de la Communication, de l’Economie numérique et de la Poste, Mme Vallée parcourt le monde pour porter ce message :

« Les startups ne sont pas que des jeunes entrepreneurs qui correspondent à un petit noyau de l’écosystème ; elles sont réellement une opportunité extraordinaire et il faut absolument que les investisseurs potentiels, que ce soit les banques, les Business Angels, les fonds d’investissement privés, arrivent à s’adapter pour saisir cette opportunité-là », déclarait-elle lors de sa présentation au SITIC Africa 2017.

Incubation et accélération

Créée en 2015, la Fondation Jeunesse Numérique dénommée « Smart Up » a pour objectif l’accompagnement des jeunes porteurs de projets numériques et innovants dans les domaines extrêmement variés (éducation, agriculture, média, santé, énergie, transport, etc.), dès lors que ces projets utilisent le numérique pour améliorer les conditions de vie et de travail des populations.

« C’est clairement un cadre qui permet le développement de l’innovation, qui laisse la place au success stories de se développer, et qui apporte de la valeur ajoutée au développement de la Côte d’Ivoire », a continué Linda Vallée.

A ce jour, la Fondation accompagne une cinquantaine de projets par la formation, le coaching, la recherche, le financement et le mentorat. Engagée auprès de ces jeunes pousses, elle se charge également de leur trouver un statut juridique pour mener la bataille d’une fiscalité qui leur permettra de ne pas crouler sous les impôts et disparaître dans les cinq années qui suivent leur naissance.

Mme Vallée travaille, en outre, à mieux protéger la propriété intellectuelle des inventions avec des organismes tels que l’Office ivoirien de la propriété intellectuelle et l’Office africain de la propriété intellectuelle.

Une richesse pour le pays

Ce faisant, la Fondation « Smart Up » se positionne, selon Mme Vallée, comme un acteur qui vient essayer de consolider et améliorer l’ensemble de l’écosystème d’accompagnement des startups. « Les startups sont une richesse pour le pays. Elles sont aujourd’hui les structures qui apportent une véritable valeur ajoutée.

Les startups ont cette flexibilité-là que beaucoup d’entreprises n’ont plus, et elles apportent l’innovation dans différents domaines pour pouvoir justement améliorer grâces aux TIC le cadre de travail, la performance, la façon dont on a l’habitude de faire les choses », a assuré Linda Vallée.

Anselme AKEKO

1 commentaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here