Congo : des journalistes édifiés sur l’utilisation du numérique face aux enjeux du changement climatique

0
4041

(Cio Mag) – Un atelier de renforcement des capacités des journalistes congolais en utilisation du numérique face aux changements climatiques s’est tenu à Brazzaville du 30 au 31 aout 2019, sur le thème « le rapport entre les médias et le changement climatique ».

Organisé à l’initiative de la Fédération Internationale des journalistes, (FIJ) et son affilié Congolais, la Fédération Syndicale des Travailleurs de la Communication (FESYTRAC), cet atelier visait entre autres objectifs ; le renforcement des capacités des journalistes dans l’appropriation des termes numériques, scientifiques et techniques sur le concept de changement climatique pour mieux informer le public.

Autres buts visés, l’organisation régulière des émissions radiotélévisées et des publications dans les journaux et réseaux sociaux sur les actualités environnementales. Mais également, doter les journalistes des outils numériques appropriés afin de mieux cerner la problématique de changement climatique.

Les sous thèmes développés durant les deux jours ont largement édifiés les participants à s’avoir : décryptage sur les négociations internationales sur le climat : du cop 18 à l’accord de Paris ; état de lieux et bilan (INDC) ; changement climatique, un défi pour les journalistes : concepts clés de plaidoyer, rôle des journalistes , évolution et débat sur l’état actuel de la communication journalistique sur le climat, développés par Benjamin NGOMA , enseignant chercheur à l’université Marien NGOUABI de Brazzaville.

Abordant la seconde partie de cet atelier, Dieudonné LOEMBE, spécialiste en questions environnementales, s’est appesanti sur les concepts des changements climatiques, tels que : crédit carbone, croissance verte, dioxyde de carbone, gaz à effet de serre, énergies fossiles, énergies renouvelables, fond vert, protocole de Kyoto, puits de carbone et REDD+.

Au terme des travaux, les participants ont formulé des recommandations aux institutions publiques, à la société civile, aux médias, au conseil supérieur de la liberté de communication, au gouvernement et aux populations.

Il sied de rappeler que les mots d’ouverture et de clôture ont été prononcés par Phillipe MVOUO , président du Conseil Supérieur de la liberté de communication de la république du Congo en présence de Mme Sokhna Dia, du bureau de la FIJ / Dakar- Sénégal. .

Pross Ferdy, Brazzaville

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here